Asie

Istanbul

Seulement 3 mois à Belfort et l’envie de partir est déjà là.
Je me rappelle avoir dit il y a quelques années de profiter de toutes les destinations Easyjet au départ de Bâle-Mulhouse tant que je suis à Belfort. Il m’en restait une, juste une, et c’est sans doute pour ne pas l’avoir visiter, que je suis de retour à Belfort.
Alors il est temps d’y remédier, c’est parti pour une semaine à Istanbul.

Sa location stratégique, à cheval sur 2 continents, entre la mer Noire et la mer Méditerranée, a été source de richesse et de convoitise par bien des peuples. (T’as qu’à voir, même les gaulois sont venus jusqu’ici)
Ancienne cité grecque fondée au VII siècle avant JC, Bysance est devenue la capitale de l’Empire Romain d’Orient sous le nom de Constantinople en 330. Elle sera conquise par les Ottoman en 1453.
Le nom moderne « Istanbul » viendrait du grec. L’histoire dit qu’un turc demanda un jour à un paysan des environs où conduisait le chemin sur lequel il se trouvait. Le paysan répondît en grec « εἰς τὴν Πόλιν » /Is tím boli(n) c’est à dire « vers la Ville ».

La ville compte actuellement 14 millions d’habitant ce qui en fait la 5ème plus grosse ville du monde. Elle est traversée par le Bosphore qui relie la Mer Noire (la mer Noire!) à la Méditerranée (enfin à la mer de Marmara pour être précis). Sur la rive Est, on trouve la partie asiatique de la ville, sur la rive Ouest on trouve la partie européenne, elle même coupé en deux par la Corne d’Or avec au nord la ville moderne et au sud la vieille ville.
Mon auberge à 10€ la nuit était en plein dan sl’Istanbul historique à 2 pas de Sainte-Sophie, de la mosquée bleue et du palais de Topkapı. Le pied!

Sainte-Sophie

La mosquée bleue

L’avion à atterri à l’aéroport Ataturk. De là, on peut rejoindre le centre ville avec le métro et le tram. A ce sujet, pour acheter les jetons il faut passer par une machine qui n’accepte pas les billets au delà de 20TL. Si comme moi, tu viens de retirer de l’argent au distributeur et que tu n’as ques des billets de 100TL, tu peux aller voir le service de sécu pour te faire de la monnaie, ils ont l’habitude. Autre astuce pour vous (moi je me suis fait avoir), il faut acheter un nouveau jeton (4TL) à chaque changement, mais il existe des cartes « à forfait ». Tu les achetes 10TL, je crois, et tu mets l’argent que tu veux dessus, mais ensuite tu ne payes que 1,5TL ou 2TL (je ne sais plus, désolé)

chient errant

chats errants

Il y a énormément de chats errants et de chiens errants/dormants.
Mais ce qui m’a frappé au début ce sont les mouettes.
En même temps, quand je suis arrivé en ville, il faisait nuit depuis peu, le tramway était gavé de monde, je devais faire attention à mes bagages tout en essayant de me repérer sur un plan de ville attrapé à l’aéroport. Et là, j’entends crier des mouettes. Je lève les yeux au dessus de la foule et je vois les mouettes qui tournent autour des minarets éclairés de la mosquée bleue. Sainte-Sophie est là aussi, à ma gauche. Plus besoin du plan, mais surtout, whaou! Une bonne claque visuelle dès l’arrivée, y’a rien de mieux.
Oubliées les inquiétudes sur les affrontements à Kobane, sur les tensions entres les kurdes et le gouvernement, Istanbul m’a tapé dans l’œil.

balade avec 2 suisses

Le premier jour, je rencontre 2 Suisses en fin de séjour qui me donneront des conseils, Ensemble on visite la petite Sainte-Sophie, je bois un délicieux « elma çay » (thé à la pomme), on va faire un tour à la tour Galata, un tour génoise d’où l’on a une belle vue à 360° sur la ville.

la petite Sainte-Sophie / Küçük Aya Sofya

mosquée petite Sainte-Sophie

tour Galata

le Bosphore & la Corne d’Or

Le soir j’ai gouté à l’ayran, une boisson à base de yaourt. C’est très bon et c’est frais, on y devient vite accro. J’allais bientôt découvrir que le turc met du yaourt partout et que si on nous a toujours dit que les yaourts viennent de Bulgarie, c’est sans parce que la Bulgarie était dans l’empire Ottoman.

Ayran

Sur le retour, je traverse le pont sur la Corne d’Or. Celui-ci est assailli de pécheur, on les voit remonter des poissons lorsqu’on est assis au resto à l’étage en dessous.

les pécheurs sur le pont

l’Efes, la bière qui coule à flot en Turquie

Avec un nom pareil, tout un panel de vannes moisies s’ouvraient à moi et j’ai systématiquement trempé mon doigt dans le verre avant chaque gorgée, juste pour me marrer tout seul en regardant mon verre en disant que je venais de lui mettre un doigt dans l’Efes.

Comme j’étais d’humeur poétesse, je suis resté contempler le coucher du soleil.

coucher de soleil

soleil couché

.

En repartant vers mon hotel, je fais une escale pour acheter quelques loukoum et baklava

pour le dessert

Il y a également beaucoup de magasin d’épice, de thé, de fruits confits ou secs.

des dizaines d’épices

En vitrine des restos, on voit certaines femmes qui préparent des crêpes turques, les gözleme.

préparation des Gözleme

Sainte-Sophie, la nuit

la mosquée bleue, la nuit depuis le toit d’un resto

Visite du palais de Topkap

C’est dommage que les photos soient interdites dans de nombreuses pièce, en particulier celles où l’on peut voir le trésor. Les objets exposés sont juste fait de multitude de pierres précieuses dont certaines sont énormes. D’autres sont des reliques religieuses (y’avait même quelques poils de la barbe du prophète, ça m’a fait marrer)

Topkapı

J’en profite tout de suite pour faire une remarque.
Les turques écrivent avec les mêmes lettres que nous à quelques exception comme le s cédille ş, le g chapeau ğ, mais la pire c’est le i sans point ı (comme dans Topkapı)
Ce « ı » est placé sur le clavier à la place de notre « i » ce qui te coute beaucoup de problème lorsque que tu veux te connecter pour lire tes mails. Car si tu n’as pas de « i » dans ton mot de passe, tu vas le retaper des dizaine de fois avant de comprendre que tu as écris ****@gmaıl.com au lieu de ****@gmail.com

dans la cour

A l’intérieur du harem

à l’intérieur du harem

.

.

Dans l’église Sainte-Irène

Pide – pizza turque

Le grand Bazar

Dans le grand bazar

Visite de la basilique Sainte-Sophie

C’est l’empereur Constantin, qui converti au christianisme, qui demanda en 330 la construction de la basilique « Ἁγία Σοφία » (Hagia Sophia, Sainte Sagesse).
Incendiée lors d’un émeute en 404, elle fut reconstruite en 415 puis une nouvelle émeute en 532 la détruisit. A peine 4 jours plus tard, l’empereur Justinien demanda à la reconstruire, c’est celle-ci que l’on peut voir aujourd’hui. (Enfin plusieurs ajouts sont apparus plus tard pour la consolider, son poids et les séismes l’ayant fragilisée)
Sa coupole est un peu plus petite que celle de la basilique St Pierre à Rome, mais il faut se dire aussi la construction de la basilique St Pierre eut lieu 1000 ans plus tard et dura 120 ans (5 ans et 10 mois pour Sainte-Sophie)
Lors de sa conquête par les Ottomans, le Sultan Mehmed II fut très impressionné par le basilique, et la convertit en mosquée. Les mosaïques chrétiennes furent recouverte de chaux et des minarets ont été ajoutés.
En 1934, Atatürk la transforma en musée. Depuis on redécouvre les mosaïques d’origines mais au détriment d’une couche de peinture d’art musulman.

il y a eu du passage

.

.

.

.

la coupole

vue du 1e étage

vue sur la mosquée bleue

mosaïque

ange et décoration islamique

.

Cela fait beaucoup de photo, mais c’est méritée, je trouve qu’elle fait partie des merveilles du monde actuel.
En ressortant, j’ai d’ailleurs vu la file d’attente des touristes s’étirant sur des dizaines voir centaines de mètre…

J’ai continue de mon coté vers la citerne basilique « Yerebatan_Sarnıcı », une énorme citerne souterraine, et qui est l’un des endroits les plus beaux, des plus envoutants que j’ai trouvé à Istanbul.

.

.

.

.

.

la tête de Méduse sous une colonne

Les centaines de colonnes alignées dans l’eau et la pénombre, ça fait travailler l’imagination surtout sachant la tête de méduse au fond de la pièce :)

.

Me revoilà dehors pour un balade à pied jusqu’à l’église Saint-Sauveur-in-Chora, une église avec la plus belle collection de mosaïques.

.

Puis vers 16h, j’ai fait une petite croisière de 2h sur le Bosphore, en compagnie d’un groupe de Malaisien (ça va j’ai pu me rappeler de quelques mots) Une des femmes venait de s’acheter un sac en turquie avec de très jolis motifs traditionnels… incas. (c’est pas beau d’arnaquer les touristes)
C’était bien de faire la balade à cette heure là, on fait l’aller durant le jour et le retour en voyant la ville sous ses les lumières nocturnes.

.

.

forteresse Rumeli Hisarı

.

Le soir j’ai gouté au « mantı » des raviolis turque (c’est chaud) recouvert d’une sauce-yaourt (c’est froid)

mantı

C’est bon, mais la sauce froide sur un truc chaud, ça fait bizarre.
Dans les autres truc bizarre il y a le jus de carotte noire fermentée ça s’appelle « Şalgam » et c’est déguelasse. D’habitude j’essaye d’être moins catégorique, mais ça c’est franchement déconseillé.

Şalgam suyu

J’ai été visité bien sur la mosquée bleu

Sultanahmet Camii

.

.

obélisque de Théodose, sur la place de l’hippodrome

.

J’ai été voir quelques musées, il a beaucoup d’infos sur toutes les périodes qu’a traversée la ville. Je vous met juste en photo une statue provenant d’un des 7 merveilles du monde, le temple d’Halicarnasse

lion du temple d’Halicarnasse

grues à Kadiköy, sur la rive asiatique

un vrai döner kebab, découpé au couteau

Au passage, je pensais manger des kebabs à chaque repas, mais il y avait tellement de truc à découvrir que j’ai mangé mon premier kebab le quatrième jour.
D’ailleur, j’ai appris que:
– kebab: ça veut dire « viande grillée », ça précise ni l’animal, ni la façon
– döner: ça veut dire « tourner » et donc ça désigne les morceaux qui tournent sur la broche
– Şiş (shish kebab): c’est une brochette
– Adana: c’est une spécialité de kebab
– Iskender: une autre spécialité de kebab

adana

iskender

Testi Kebab

Ce dernier est cuit dans un pot de terre fermé hermetiquement dont on brise le col avant de servir. Tous les pot sont donc à usage unique. C’est assez rigolo à voir faire

je n’ai pas oublié le raki

Le raki, servi dans un verre, l’eau est dans un autre verre, et tu dose comme tu veux
Et pour finir, j’ai aussi essayé la shisha. Comme je ne fume pas et qu’il n’y avait personne dans l’hôtel, j’ai été débaucher le réceptionniste de l’hôtel pour m’aider à la fumer

j’ai essayé de faire un bateau en fumée comme Gandalf…

Catégories : Turquie | Poster un commentaire

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.