Belgique

En Belgique

Salut,

Désolé pour le retard, cet article sur mon périple belge, je le sais, s’est bien fait attendre.

Je vais donc en faire un résumé avec quelques images des abbayes, des paysages ou de la gastronomie ici, toutes les photos sont  accessibles sur mon Picasa (lien). L’article sera un peu long, mais le découper jour par jour n’a plus d’intérêt maintenant.

Ce tour des abbayes trappiste a été une bonne occasion pour moi de découvrir la Belgique tout entière.

Le royaume est découpée en 3 régions (et non pas 2): Wallonie, Flandre et Bruxelles-capitale et en 3 communautés (et non pas 2): francophone, néerlandophone et germanophone.
Mes pas m’ont conduit dans chacune de ces régions et auprès de chaque communauté. De plus j’ai pu aussi voir les 3 paysages les plus typiques de la Belgique: la ville (avec Bruges), la côte (avec la mer du Nord), la forêt (avec entre autres les Ardennes), le tout en dégustant une bonne bière sous un soleil exceptionnellement beau.

La première abbaye visitée est bien entendu Chimay, puisque elle est la plus proche de chez mes parents. C’est en fait aussi la seule où j’ai pu pénétrer, les autres étant fermées aux personnes autres que les moines ou les personnes désirant faire une retraite de plusieurs jours, mais pas forcément religieuse. A côté des abbayes on trouve en général une auberge où l’on peut déguster la bière et le fromage de l’abbaye, comme ici à l’auberge de Poteaupré près de l’Abbaye de Scourmont.

Une chose qui m’a frappé en arrivant, c’est la propreté et l’impression que tout est neuf, alors qu’on s’attend à trouver quelque chose de vieux. En fait l’argent que rapporte la bière permet l’entretien de l’abbaye de manière impeccable et le reste est reversé à des œuvres caritatives.

Deuxième étape, l’Abbaye du Mont des Cats. Elle se trouve au nord e Lille et est la première bière trappiste française. Pour le moment elle n’a pas encore droit au logo officiel puisque la bière est toujours brassée à Chimay. A déguster avec une assiette de fromage du Mont des Cats!

Le truc bien aussi avec ces abbayes, c’est qu’elles se trouvent toujours au vert, entourées de pâtures ou de forêts. Un cadre on ne peut mieux pour une  promenade digestive.


A une demi-heure en voiture de là, se trouve l’Abbaye de Westvleteren, qui a pris le parti de ne pas commercialiser sa bière dans les grandes surfaces. Pour en trouver il faut se rendre sur place et la déguster dans l’auberge « In de Vrede » juste en face. Il est possible d’en acheter à l’abbaye, mais pour cela il faut leur téléphoner et prendre une réservation. S’ils ont 3 bières différentes, un seul type est disponible à un moment donné. Pour connaitre le calendrier et les disponibilités, il faut aller sur leur site web.


Ce jour-là, il a fait très chaud, c’est le plus beau jour de l’année ont-il dit à la radio! Je devais trouver où dormir pour la nuit, mais la mer est si proche… Direction Koksijde pour un bain dans la mer du nord. Les plages immenses pourraient accueillir le flot des vacancier en méditerranéenne, mais bon, les gens préfèrent le sud. Tant mieux pour moi.

Le jour suivant, j’en profite pour aller à Slijpe, un petit village près d’Ostende d’où ma famille serait originaire il y a bien longtemps (d’après les recherches généalogiques de mon père). J’y ai vu une Laura Verhelst dans le cimetière, mais pas de Verhulst.

Ostende ne m’a pas enchanté tant que ça, alors après une balade sur la plage et un plat de moules, je suis parti pour Bruges, qui contrairement à ce que tu trouves, mamie, c’est une ville superbe.


Visiter la ville à pied ou en bateau, j’adore et puis gros coup de chance aussi, puisque j’ai zappé Ostende, j’ai pu voir un défilé qui n’a lieu que tous les 5 ans, le cortège de l’arbre d’or. Bon par contre tout était en flamand et j’ai rien compris, mais je pense que ça racontait l’histoire de la ville au fil des époques. Plusieurs milliers de figurants en costumes ont défilé.


J’ai également improvisé un petit détour par Bruxelles pour voir des amis et un mec qui pisse. A chaque fois que j’ai voulu le voir par le passé, je n’ai pas pu. Cette fois c’est la bonne.

Et puis on m’a emmené dans le Delirium Café. Comment pouvais-je ne pas connaitre ce café où la liste des bières n’est pas sur une carte, mais dans un livre! Des bières de toutes sortes et de tous les pays. T’es obligé de commandé avant d’avoir tout lu! Un peu bruyant parce que très populaire, mais génial. Je reviendrais !


Je retourne en Flandre pour boire une Westmalle, enfin y’en a 2, mais j’en ai bu trois parce que qu’ils en servent une mixte: 50% double, 50% triple, 100% bonheur


Maintenant passage de frontière, pour aller à Tilburg, aux Pays-Bas et découvrir La Trappe chez elle. Un passage de frontière multiple et bizarre d’ailleurs. Jetez un œil sur une carte de la frontière du côté du village de Baarle.

Un peu de houblon pousse près de l’abbaye, c’est bon signe!
La Trappe possède 8 bières trappistes différentes, et je m’étais de toutes les boire. Ben même en petits verres de dégustation, ça tape !


Je repasse en Belgique de peu, l’Abbaye à Achel se trouve à cheval sur la frontière. Et comme ailleurs, il y a un nombre impressionnant de cycliste et tous n’ont pas vraiment un profil de grand sportif. Ça force le respect.


Ensuite un petit détour à l’Est de Liège (indiquée Liège aux Pays-Bas, puis Luik en Belgique flamande, puis re Liège en wallonie, va comprendre…) du coté de Eupen, au cœur de la Belgique germanophone. J’ai discuté avec des étudiants qui étaient surpris que je connaisse leur existence alors que même leurs amis liégeois les considèrent comme allemands… Je suis aussi tombé sur une famille afghane en plein piquenique là-bas. La photo est prise depuis un barrage.


Retour en pays francophone à Rochefort, où je me crois à l’aise avec la langue mais c’est sans compter sur le vocabulaire wallon. J’ai appris le mot « crompire » qui veut dire patate. C’est quand même bougrement utile quand on est dans le pays des frites!


Pour digérer cette fois je me suis mis au frais, avec la visite de la grotte de Lorette puis celle de Han. J’ai marché dans deux grottes à la suite.


Comme j’avais le temps pour aller vers Orval, j’en ai profité pour faire un détour à Bouillon.
En vrai c’est que je me suis pris la tête avec mon GPS qui indiquait des routes fermées pour travaux. En même temps, je l’avais mis en swahili pour déconner.
Bouillon possède l’un des château fort les plus impressionnants de Belgique.


Dernière bière sur ma liste et non des moindre, l’Orval, brassé à Orval donc, près de la frontière française. Les ruines de l’ancienne abbaye se visitent, mais l’ayant faite par le passé, je n’y suis pas retourné. J’en ai juste profité pour faire le plein de fromage. (il me restait encore quelques espaces vides entre les caisses de bières.)


Je suis allé boire l’Orval à l’Ange-Gardien, un resto à côté de l’abbaye. J’y ai bu de l’Orval jeune et vieille (qui a vieilli un an en bouteille) et aussi l’Orval verte, une version plus légère que boivent les moines au quotidien.


Dernier jour en couchsurfing chez Jacqueline, qui m’a proposer de manger l’un des plats de la région: le pâté gaumais. C’est juste trop bon !

Voilà ce qu’était ma semaine belge. Un rythme tranquille qui m’a permis de me balader et de déguster des bonnes bières sans la crainte de prendre le volant derrière. Un voyage très agréable, une fois^^

Catégories : Belgique | Poster un commentaire

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.